03.20.19.20.00
Je souhaite entreprendre, je m’inscris à l’atelier projet Cliquez ici

Fondatrice : Christiane Suret
Date de création : 21/10/2013
Parcours : accompagnement avant la création, couveuse, suivi après la création,
BGE Club Financements : prêt plateforme d’initiative, prêt bancaire, nacre, apport personnel

Perspectives
3 rue Copernic 62000 Arras
Tél. 03.21.50.88.91
www.3d-nord.fr
perspectives@3d-nord.fr

L’impression 3D fait sa révolution

Perspectives joue le rôle de pionnier dans la région

Il faut s’y faire, l’impression 3D est maintenant entrée dans nos vies. On est bien loin de la science-fiction. Pour donner vie à ses idées, la 3D est une réalité. Pour fabriquer un prototype, une maquette ou une pièce de rechange. Une paire de lunette, une maison de poupées, tout est imprimable. La seule limite, c’est l’imagination.

Christiane Suret fait partie des pionnières. Tout est partie d’une barre de rideaux cassée qu’elle s’est mise en tête de réparer. “C’est le moyen de contrer l’obsolescence programmée, d’être plus écolo” indique t-elle. Et puis, à force de communiquer, elle réussit à convaincre les industriels qui préfèrent lui confier la fabrication d’une pièce défectueuse en quelques jours plutôt que d’attendre plusieurs semaines avant de la recevoir de Chine.

Elle a ouvert sa boutique à Arras et dispose d’un parc de 9 machines. La plupart sont assez coûteuses au point que seuls les professionnels s’y intéressent. Christiane s’est même équipée de scanners 3D de haute précision.

Les applications ne manquent pas : modélisme, communication, maquettes, décoration… Même l’art et le patrimoine sont concernés par la reproduction de statues. Pour l’instant, on imprime avec de la résine, du plastique, des matériaux recyclés, mais Christiane voit loin. Elle est déjà branchée sur l’impression métal. “C’est une question de temps et de génération. La France est en retard sur d’autres pays mais dans quelques années, le grand public s’intéressera davantage à l’impression 3D.” estime-t-elle.

Après 33 années passées dans le milieu de la compta, la gestion, les finances, cette Duisanaise de 53 ans a su rebondir après un licenciement économique. Avant de se lancer, elle a testé son projet en couveuse d’entreprise avec BGE Hauts de France.